ETIENNE CAVIL.S

REI-IEUR

Rue Koux. 336 PORT-AU-PKIKCE

•■ !iK^-^j^jg ■> ■^■"v-T-y'-:>''ify. •^^■gc:

^

rin

k

.^.fr/uH^

-'/'.^^^

/. 3

PURCHASED FROM THE INCOME OF THE

JOSIAH H. BENTON FUND

FM9I5; 1,12,38: 2M.

DICTIONNA

GEOGRAPHiÛUE ET ADMINISTRATIF

Comprenant un article général sur l'île d'Haiti,

la République dominicaine ;

des notices géographiques, topographiques, statistiques administratives,

commerciales, domaniales, agricoles, maritimes, militaires,

rurales, postales, télégraphiques, industrielles, descriptives,

historiques, politiques- financières,

économiques, ecclésiastiques, civiles, judiciaires.

biographiques et littéraires, sur les départements, les arrondissements,

les communes, les quartiers, les postes, militaires, les hameaux,

les fortifications, les provinces, districts;

des notices détaillées sur les habitations, les montagnes, les plaines,

les forêts, la géologie, les eaux minérales, les mines,

les fleuves, les rivières, torrents, ravines et lacs, les baies, les ports et les

îles et îlots, presqu'îies, isthmes, caps, phares, et les rues, etc., etc.,

et sur les curiosités naturelles et historiques, etc., etc., et

tous les tarifs en usage :

OU

GUIDE GENERAL EN HAÏTI

S. ROUZtER

PORT-AU-PRINCE Imprimerie Aug A. HERAUX 1721, Rue du Centre 1721

c

4 is »

" ••!/•'• **:0:..; ../'LJ'''". •* '?

NOTE-PREFACE

Bien humblement, je me fais le devoir d'expliquer au lecteur que si, à cette place, j'écris la moindre ligne, ce n'est, certes, pas dans l'intention de me donner des airs d'auteur.

Loin de moi une telle pensée.

Je cède plutôt au désir d'exprimer mon bonheur d'avoir pu réali- ser, d'accord avec les autres héritiers de mon père, l'œuvre que notre cher disparu avait si longtemps caressée, lui consacrant son temps et ses soins : l'achèvement de son Dictionnaire Administratif et Géo graphique d'Haiti.

J'ai assumé la lourde tâche que les autres ont bien voulu me con- fier de contrôler le classement des mots, de recopier des parties devenues confuses, à force d'annotations et de livrer enfin à la pu- blicité ces deux tomes complémentaires que composaient les manus- crits laissés par mon père,

Une pareille réalisation, attendue depuis bien longtemps déjà, ne serait pas possible ces jours-ci non plus, si le Gouvernement de la République, si honorablement présidé par son Chef actuel, Son Ex- M. Louis Borno n'avait décidé, sous certaines conditions, d'aider pécuniairement à sa réussite.

J'ai eu la double satisfaction de voir, une nouvelle fois, rendre hom- mage au travail de mon père et d'apporter mon vote, en ma qualité de Secrétaire d'Etat des Finances, dans la délibération qui eut lieu pour l'attribution de l'allocation nécessaire.

J'exprime ici, en mon nom et en cslui des héritiers, nos remercie- ments les plus vifs à Mr. le Président de la République, ainsi qu'à tous mes aimables Collègues de leur généreux encouragement qui

II NOTE- PREFACE

a trouvé, le plus flatteur écho au Conseil d'Etat qui, lui aussi, a donné sa bienveillante approbation.

Je dois également une mention aux ateliers de l'Imprimerie Aug. A. Héraux j'ai trouvé, ainsi qu'à l'office du Conseiller Financier, tout l'aimable concours possible pour faire devenir réalité ce qui n'était qu'un projet. (^

Je ne fermerai pas cette liste d'hommages sans réclamer du lec- teur— ce juge bien sévère quelquefois en pareille matière sa sym- pathie et surtout son indulgence pour cette œuvre de bonne foi et de difficiles compilations, faite dans le désir d'être utile à tous et dans celui pius élevé encore de faire honneur à notre chère Haiti, " la mère de mon père, selon son cœur, " comme il le disait lui même dans la préface du tome 1er.

Je m'excuse de proclamer, encore une fois, ma fierté d'avoir ap- porté ma toute affectueuse contribution à son travail, comme un nouveau témoignage de mon attachement à l'impérissable souvenir de celui qui fut à la fois mon cher vieil et bon ami que j'ai beaucoup aimé.

Charles ROUZIER

Port-au-Prince le 7 Juillet 1927.

%

HACHE.'- Habitation située dans la section rurale de Caracol, commune du Trou.

L'Etat y possède 105 carreaux de terre occupés par des fermiers.

HAINAULT.-Voyez Anse d'Hainault

HAÏTI.— ( Article spécial )-Voyez ce mot au Tome II et à l'i^pendice.

HALEINE. -Voyez Courte Haleine.

HALLE. Habitation située dans la section rurale de la M. à-Savon, commune de Bombardopolis.

L'Etat y possède 1 carreau de terre occupé par un fer- mier, et un reste inoccupé.

HALLTEN.— Canton de la commune de Cor ail. En 1791 les hommes de couleur de la Grand'Anse campèrent au Fond des Hal liens pour revendiquer leurs droits. Ils y avaient un camp formidable.

HALLO.- Voyez : Nada Hallo.

HAMAO.— Rivière tributaire de la Yasica. Voyez Jamao.

HAMELIN.— Habitation située dans la section rurale de Fond-Blanc, commune de Terrier Rouge.

L'Etat y possède 10 c arreaux de terre occupés par des fermiers.

HAMELIN.— Habitation située dans la section rurale de Grand-Bassin, commune de Terrier-Rouge.

L'Etat y possède 10 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

Les deux habitations de ce nom ne forment qu'une même propriété située dans deux sections rurales contiguës de la même commune.

HANCHA.-— Ancienne section rurale de la Commune de Las Matas de Farfan. En 1840, il y avait 76 habitations culti- vées en canne, café, coton, tabac et vivres de toutes espèces, 18 battes ayant des places à vivres.

2 HARDY HATTE

HARDY.— "^/"oyez Rempart Hardy.

HARDY.— Un des généraux les plus distingués de l'expé- dition française contre St. Domingue en 1802. Pour rendre hommage à la mémoire des français morts à St. JJomingue, le général Leclerc donna ce nom au fort de la Crête-à- Pier- rot. (

HARDY (Boucauit).— Habitation située à 3 lieues IjS du rivage, commune de Port-de-Paix, dans la région de Haut Moustique. Mines de cuivre.

HARENG. Habitation située dans la 6e. section rurale de Trou Canari, commune de Petit-Goâve. Chapelle N. D. de Lourdes.

HAROQUE."- Habitation située dans la 4e section rurale de la commune des Coteaux.

HATTE [la]. - Ligne frontière de l'arrondissement de Jac- mel, située entre les deux Républiques haïtienne et domi- nicaine.

HATTE [la]. Vaste quartier situé dans la sect. rurale de Cochon Gras, commune de Jacmel. U est borné à l'Ouest par la rivière de la Gosseline.

HATTE CARENAGE.— Habitation située dans la 4e sect. rurale de la commune de Terre Neuve.

HATTE CAZEAU.— Ancienne habitation sur une portion de laquelle a été élevé le village des Perches. Sous Christo- phe c'était une savane. Le citoyen Jn. Bte. Augastin^ chef du poste, y établit d'abord une petite chapelle pour la réunion des fidèles. Sous le président Boyer, en 1825, il y eut une agglomération J'hommes, un marché et la localité commen- ça à prendre de l'extension.

HATTE BOUDET. -Habitation située dans la section ru- rale de Desdunes, commune des Gonaives.

L'Etat y possède 2 carreaux de terre occupés par des fer- piiers Le général Boudet commandait une division de l'expé- dition Leclerc en 1802.

HATTE CHEVREAU.- Habi^.ation située dans la sec- tion rurale de Fossé Naboth, No 2, commune de Dessalines.

L'Etat y possède 21 carreaux déterre occupés par des fermiers-

HATTE COTARD.— Habitation située dans la section ru- rale des Pays-Pourri, commune de la Croix-des 'Bouquets.

HATTE CGURSAINT. - Habitation située dans la sec- tion rurale de la Plaine de l'Artibonite, rive droite, commu- ne de la Grande Saline.

HATO HATTE 3

L'Etat y possède 5 carreaux de terre occupée, par des fer- miers.

HATO DEL REPaRADERO.- Terrain fertile de la com- mune de Yamasa, province de Sto. Domingo, la présence des quartz aurifère, a été dénoncée le 7 mars 1887, à cause de «^a colline de fer aimanté sitivée au pied de la petite riviè- re de Maimon (voyez ce mot). Cette colline bien située couvre 2 à 3 le quaz carrés; est un oxyde de noir magnétique très abondante et d'une pureté remarquable.

Les mines de cuivre de Hatello Maimon ont produit peu de cuivre et pas en quantité suffisante pour les exploiter avec profit; elles ont été désourcés le 15 février 1888.

HATO VïEJO.- Terrain fertile de la commune de Ya masa connue pour Hato del Reparadero

HATO DEL CURA (el).- Territoire de la commune de Banica.

UAMO NUEVO (cl.)— Territoire de la commune de Banica, sur la frontière.

HATREL.— Hatte située dans la section rurale des Mous- tiques, commune de Jean-Rabel.

L'Etat y possède 510 carreaux de terre occupés par des fermiers.

HATREL.— Habitation inoccupée, située dans la section rurale de Mahotière, commune de Port-de-Paix.

L'Etat y possède des terres. Contenance indéterminée.

HATTE (la). Habitation située dans la Ire section rura- le de St Marc (Ire de Mont Rouis) 700 habitants.

HATTE (la). —Habitation située dans la section rurale de Joli-Trou, commune de la Grande Rivière du Nord.

L'Etat y possède 2 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

( Voyez le mot la Hatte après celui de la Hatte, mis par mégarde.)

HATTE DELMÈCHE.— Habitation située dans la section rurale de la Plaine de l'artibonite, rive gauche, commune de Saint Marc. L'Etat y possède 10 carreaux de terre occupés par des fermiers.

HATTE DELUGE. - Habitation sucrière de 950 carreaux terre, située dans la section rurale de Mont-Rouis No. 1er., commune de Saint-Marc, dont elle est à 6 lieux. Débarcadère.

L'Etat y possède 2 carreaux de terre occupés par des fer- miers. — La rivière de Mont-Rouis l'arrose entièrement.

4 HATTE HATTE

Productioîl^: vivres, coton, sirop, tafia,ancjenne indigoterie

En 1807 l'armée de Pétion marchant contre Christophe arriva à Déluge. elle rétrograda et rentra à Port-au-Prin- ce dont Pétion ne voulut pas s'éloigner à causa de la révolte de Gorman dans la Grand'Anse.

L'habitation Déluge à d'abord appartenu au général Tu- renne Guerrier, puis au Président Soulouque ; sous Gaffrad elle a été vendue à Mnies. Destin et Lota ( Berthoni ) qui la possèdent actuellement. Vendue à R. Pinard, de St-Marc.

HATTE DÉSIRE.— Habitation située dans la section ru- rale de Desdunes, commune des Gonaives.

L'Etat y possède 10 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HATTE DLMANCHE.— Habitation située dans la section, rurale de Grand Port-à-Piment, commune de Terre-Neuve

L'Etat y possède 6 carreaux de terre occupés par des fer- miers,

HATTE DUPERRIER.-- Habitation inoccupée située dans la commune de la Plaine du Nord, appartient à l'Etat. Contenance indéterminée.

HATTE FAIBLE. Habitation située dans la section ru- rale de Grand Cahos, commune de la Petite Rivière de l'Ar- tibonite.

L'Etat y possède 7 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HATTE GRAAIMONT.- - Habitation située dans la section rurale de la Savanne Brûlée No 1er. commune de Dassalines.

L'Etat y possède 22 carreaux de terre occupés par des fermiers.

Voir : Grammont.

HATTE GUIBERT.- Habitation située à Mirabaiais.

HATTE JONC— Voyez Jonc.

HATTE LABADÉE.— Habitation située dans la section ru- raie du Haut des Verrettes. commune de Verrettes.

L'Etat y possède 3 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HATTE LACROIX.— Habitation située dans la section rurale de Desdunes, commune des Gonaives.

L'Etat y possède 4 carreaux de terre occupés pas des fer- miers.

HATTE LATHAN.- Habitation située dans la section ru- rale des Varreux, commune de la Croix-des-Bouquets.

HATTE LATHAN. - Station de la cavalerie de la Gen-

HATTE HATTE 5

darmerie d'Haiti, actuellement affectée à une 'station d'ex- périmentation agricole sous la direction du Service Techni- que de l'Agriculture.

A peu de distance de la Hatte Lathan, la route vers l'Ar- cahaie tourne à angle droit dans la directiondes Ponts Cau- sés. - "j

HATTE LATHAN.-- Habitation de 150 carreaux de ter- re. Le 21 Février 1925, la Commission Cadastrale centrale adressa au Secrétaire d'Etat de l'Intérieur un rapport publié au Moniteur du 24 Septembre 1925, dénonçant la confusion de prétendues propriétaires de cette habitation. Elle conclut que l'Etat n'a jamais manqué de faire acte de propriétaire sur ce bien, témoins les concessions conditionnelles qu'il a eu à délivrer régulièrment à divers citoyens et les différen- tes opérations d'arpentage qu'il y a fait pratiquer sans aucune opposition ; que l'État doit maintenir son droit de propriétaire sur la Hatte Lathan, en employant tous les moyens utiles.

HATTE LATHAN. - Habitation située à la Croix-des-Bou- quets. Le 21 Février 1925, la Commission Cadastrale a fait rapport qu'elle a revendiqué 200 carreaux de cette habitation en faveur de l'Etat.

HATTE LEFÈVRE. - Voyez Canot.

HATTE MANDRIN. Habitation située dans la section rurale des Gonaives, commune de même nom.

L'Etat y possède 7 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HATTE MANDRIN. - Habitation située dans la section rurale de Dasdunes. commune des Gonaives.

L'Etat y possède 23 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

Ces deux habitation^ du mên'i nom sont une même pro- oriété située dans deux sections rurales contigaës de la mê- me commune.

Hf.TTR MAYARD.— Habitation située dans la section rurale des varreux. commune de la Croix-des-Bouquets.

L'Etat y possède des terres affermées à des particuliers. Contenance indéterminée.

HATTE MORGaND.— Habitation située dans la section rurale des Varreux, commune de la Croix-des-Bouquets.

HATTE MOUTON.— Habitation située dans la section rurale de Diondion, commune de Jean-Rabel.

L'Etat y possède 5 carreaux déterre occupés par des fer- miers.

6 HATTE Haut

HATTE MOUTON.-^ Portion de terre comprise dans l'ha- bitation Fouache, dans la commune de Jean-Rabel apparte- nant aux héritiers Pascal Elie.

HATTE-RIVIÈRE.^- Habitation située à Dessalines.

Le 2 Avril 1924, la Comniission Cadastrale a fait rapport qu'elle a revendiqué 76 et 20 carreaux de cette habitation en faveur de l'Etat.

HATTE ROCHER.- Habitation située dans la Commune des Gonaives.

HATTE TRIPOT.— Habitation située dans la section ru- rurale du Grand- Port à Piment, commune de Terre-Neuve,

L'Etat y possède 3 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HATTE WELGHE.— Habitation située dans la commune, des Cayes, dans l'endroit appelé Ravines des Mornes.

HATTY. Habitation inoccupée, située dans la section rurale de Chansolme, commune de Port-de-Paix.

L'Etat y possède des terres. Contenance indéterminée.

HAUT COQ CHANTE.— Une partie de cette section ru- rale a été détachée de la commune de Jacmel par Arrêté du 3 Octobre J925 et attribuée au quartier de Trouin.

HAUT (le) ou le HAUT-CAHOS. Nos. 1 et2.— Troisième et quatrième sections rurales de la commune de la Petite- Rivière de l'Artibonite, arrondissement de Dessalines. La quatrième est une subdivision de la précédente, consacrée en 1875 sur la sollicitation du généra! Lundi Jean-Noël, com- mandant de l'arrondissement.

Chapelle rurale établie sur l'habitation Savane-à-Roche, a été bénie le 12 mai 1873 sous le nom de St.-Louis par l'abbé Laly ; elle est située sur la route publique. Mr. Launay, fran- çais en a été le constructeur.

Productions : coton, maïs, manioc et autres vivres. Routes en bon état.

Près de la chapelle se trouve l'école rurale.

De la section rurale du Haut, on se rend dans celle de Grand-Cahos No. 1 par la route de la Grande -P^alaise.

Dans le No. 1 l'Etat possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Pépin 2 è carreaux de terre. Avons, 2, Décarné 1, Crête Dumornay 12 et un reste, Laba- die 5, Mirault 26, Dessources 3, Bossa 1, Moreau Désil 13 et un reste, Magnan Jean Rada 7 et un reste. Jumelle.

Dans le No. 2 ; Asra i carreau de terre, Tardiveau 2, Tou- che Moulin 23, Delongné 10, Mirault 2, Avon 2.

HAUT HAUT 7

HAUT de la PLAINE (le)—. Ancienne dénomination d'une section rurale de la commune de Torbeck. En 1840 il y avait 75 habitations cultivées en cannes en bon état, 32 en mau - vais état, 2 en cannes et café en bon état, 2 en mauvais état, 1 en café et 1 inculte. Total 118.

HAUT de la RIVIÈRE (le).— Troisième section rurale de la commune de Tiburon. Ecole rurale.

L'Etat y posbède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Doute 12 carreaux de terre, Dalmède 1, Monteau 8.

HAUT d'ENNERY (le). - Première section rurale de la commune d'Ennery, arrondissement des Gonaives. Ecole ru- rale.

L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Roger 3 carreaux de terre, Lassandre 2, Nanjac 1, PatTicot 7, Doco 1, Garier 10, Forget 1, Rivière une portion de terre indéterminée.

HAUTde MARIBAROUX.— Voyez .-Maribaroux.

HAUT de SAINT MARC (le).- Nos, 1 et 2. Quatrième et cinquième section.'^ rurales delà commune de St.-Marc Le No, 2 et une subdivision du No. 1er., consacrée en 1875. Eco- les rurales. En 1840 il y avait 74 carreaux cultivés en can- nes, 69 en café, 125 en coton, 1 en riz^ 52 en maïs, 10 en petit mil, 8 en patates, 73 en bananes, 1 en légumes et tayaux. Animaux : chevaux 128, juments 127, poulaini 42, pouliches 32, ânes et ânesses 222, bœufs 64, vaches 21, bou- viilons 5, génisses 6, moutons 123, cabrits 256.

Des quatre cours d'eau qui tombent dans la baie de St.- Marc, le principal qui, relativement, mérite son nom de Grande- Rivière, traverse la vallée qui porte le nom de Haut de St.-Marc. Cette vallée, d'environ cinq lieues de long, va en se rétrécissant parfois, pour s'élargir de nouveau, et arri- ve enfin vers la Voute^ aux plateaux supérieurs couverts de lataniers et d'herbes finesl

Les méandres tracés par la rivière à travers des bana- niers et des cannes à sucre, coupent à chaque instant la rou- te et forcent le voyageur à traverser les nombreux gués qu'il rencontre. Lorsqu'on s'est engagé dans ces passes à cinq heures du matin, la fraîcheur des eaux qui baignent les pieds, jointe à la fraîcheur de l'air du vallon; ne laissent pas de causer une impression peu ordinaire] sur ce sol tropi- cal.

A l'extrémité de l'habitation Janin. on s'arrête ébloui de- vant une magnifique chute d'eau dont la hauteur est de 60 pieds. La nappe coule de rochers en rochers, sur un plan d'une inclinaison de 45 degrés, offrant à l'œil une masse écu-

8

meuse d'une éclatante blancheur. Les gouttes d'eau que le choc renvoie dans les airs se déposent sur les feuilles des grands arbres qui ombragent ce séduisant tableau, et re- tombent en pluie abondante sur la riche habitation du fond de la vallée.

En prenant un sentier sifr la droite, on monte sur le pla- teau d'où se précipite la rivière. On y trouve une jolie plai- ne parsemées de belles plantations. Les cannes,les cafés et les cotonniers bordent la route. Encore quelques pas, on trouve la source du principal bras de la rivière, sorte de marais cou vert de joncs.

A la vue de ces eaux limpides, on témoignent le désir de se baignera la source. Les habitants de ces liaux prétendent qu'il arriverait malheur à l'imprudent baigneur.

En effet, on ne se baigne pas au Bassin Tortue. Notez qu'il n'y a pas de tortue au Bassin Tortue. Le préjugé veut qu'on n'en sort plus quand on y est entré. On raconte qu'un colon, Monsieur Tortue, dinant un jour avec ses amis sous ?es noirs manguiers, paria d'entrer sur sa mule dans le bas- sin. L'imprudent n'en est jamais revenu, et le bassin a gar- dé son nom. On va se baigner plus bas sous les plus beaux palmistes qu'on puisse voir.

Ordinairement, le but de la course du Haut de St. Marc est de visiter la Voûte, grotte spacieuse qu'on dit s'enfoncer à des profondeurs inconnues. Muni de flambeaux, on pénètre à cheval dans la première salle, pièce spacieuse dont les pa- rois de calcaires sont tapissés de chauves-souris. En avançant on retrouve le soleil qui pénètre dans la grotte par une lar- ge ouverture pratiquée au sommet; mais, à partir de ce point, la voûte s'abaisse, et il faut mettre pied à terre.

En marchant les flambeaux à la main, debout d'abord, puis à genoux, puis en rampant, tant le rocher s'abaisse, ou touche le sol avec soin, à la pensée de certain bassin qui, dit on encore, arrête le visitBur Une odeur fétide s'exhale de ce lieu, mais les flambeaux continuent de projeter une vive lumière. On se traine toujours. Un instant, on croit en- fin être arrivé au bout, en trouvant le passage interrompu, mais une inspection plus attentive fait découvrir une ou- verture vers la gauche. L'amour de l'inconnu vous attire, et on s'engage dans carte nouvelle galerie. Aorès quelques pas, on est convaincu qu'on a atteint le fond de la grotte, et qu'il n'y a pas d'abime insondable devant soi. On reprend à reçu Ions le chemin de l'extérieur l'on va respirer un air plus pur.

Ainsi que cela arrive d'ordinaire, des gouttes d'eau s'é chappent du sommet de la grotte Les stalactit<^s et les sta- iagnites n'y sont pas aussi belles que dans d'autres grottes,

HAUT HAUT 9

mais ce qui est remarquable ici, c'est de voir les' racines ad- ventives des figuiers maudits percer ia roche supérieure, et, après avoir traversé l'épaisseur d'environ quatorze pieds, s'enfoncer dans le sol. Quelques-unes de ces racines, après avoir acquis une grosseur de quatre pouces, meurent et se décomposent; alors elles tombent e^n poussière, et il reste à la voûte un grand no nbra de trou ^ qu'on dirait percés à la tarrière.

Hn redescendant à St. Marc, on découvre de divers points la plaine du Haut de St. Marc, et l'œil mesure alors facile- ment toute l'étendue de ce quartier fertile. Les produits des terrains frais, des terrains humides, des terrains chauds s'y rencontrent : café, cannes, cotons, bananes, pistaches, pata- tes, safran, manioc, etc. etc. Les palmiers, les manguiers y sont magnifiques, et les bois de construction abondent. L'ha- bitation Janin est renommée pour ses beaux arbres.

L'Etat possède dans ces deux sections rurales des terres occupées par des fermiers sur les habitations ; Riousse 5 car- reaux de terre, Dubuisson 63, Oriot 18, Chibasse 5, Gardère 2, Grand-Maison 5, Le Fond-Gondole et Roussette.

HAUT DES VERRETTES (le). - Troisième section rurale de la commune des Verrettes, arrondissement de St. Marc, Ecole rurale.

L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Drouin 168 h carreaux de terre. Hatte La bady 3.

En 1840 il y avait 12 | carreaux cultivés en cannes, 5 h en café, 203 en coton, i en tabac, 54 en riz, 3 | en mais, 26 en petit mil, 19 en patates, 6 | en bananes. Animaux : 346 chevaux, 258 juments, 181 poulains, 180 pouliches, 15 mulets, 281 ânes et ânesses, 48 bœufs, 190 vaches, 98 bouvillons, 96 génisses, 40 moutons, 164 cabrits.

HAUT DU CAP (le). - Poste militaire de l'arrondisse- ment du Cap, situé dans la section rurale du Haut-du-Cap, commune du Cap-Haïtien. Ecole rurale et chapelle.

L'Etat y possède 2 emplacements sur l'habitation Chate- noye et un sur l'habitation fessier.

Fête patronale le 29 juin, à la St. Pierre. En 1886 87 il a été alloué au Budget une somme de $ 500 pour la construc- tion de la chapelle de ce poste militaire.

HAUT DU CaP (le),— Deuxième section rurale de la com- mune du Cap-Haitien. Les habitants s'appellent les Capu- thautiens. Le fort Vertières s'y trouve. Ecole rurale. En 1840 il y avait 6 habitations bien cultivées en café et vivres, 25 en jardins, 52 abandonnées. Effectif 83.

10 HAUT HAUT

Le 20 Juin 1877 le gouvernement a mis à la disposition du public sur la rivière du Haut du Cap ou rivière GalifFet (voyez ce Mot) un pont en fer de 50 mètres de longueur pour faciliter les communications de la ville avec l'intérieur. Les constructeurs du pont prélevaient un droit de péage, mais le gouvernement vient de livrer en 1887 ce pont à la libre circulation, en désintéressant les constructeurs dont Mon- sieur Henri Etienne était le représentant.

Un bac incommode y était établi auparavant. S. E. M. de François Jean-Joseph était Comte du Haut'du Ca^j, sous l'Empire en 1849.

Histoire.— Le 4 décembre 1792, les affranchis du Gap se retranchèrent au Haut-du-Cap après un combat que leur livrèrent les petits blancs de la ville. Ils se disposaient à lan- cer sur la ville des bandes d'insurgée esclaves, mais ayant à. leur tête Pinchinat, ils entrèrent au Cap. Sonthonax et Ro- chambeau vinrent à leur rencontre. La journée du 4 décem- bre 1792 amena le triomphe des affranchis sur la classe blan- che.

Le 26 Avril 1802 à 11 heures du matin, Christophe eut au Haut du Cap une entrevue avec le général T.eclerc à qui il fit sa soumission. Leclerc lui fit l'accueil le plus flatteur, le maintint dans son grade Je général de brigade. Après un court entretien, Christophe se transporta à la Grande Riviè- re et à la Marmelade Toussaint Louverture avait son quartier général II engagea Toussaint à ne plus reprendre les hostilités, et lui donna l'assurance que la France, après sa soumission, le traiterait avec honneur et magnificence. Tous- saint le blâma d'avoir eu une entrevue avec Leclerc sans son autorisation et lui ordonna de retourner à son Quartier néral. Christophe se rendit de nouveau au Haut-du-Cap à la tête de 800 hommes à qui il fit jurer fidélité à la France.

Après l'arrestation de Toussaint Louverture aux Gonaï- ves,Pétion engagea Clerveaux et Christophe à se retirer avec lui dans les bois. Les deux premiers partent du Haut-du-Cap le 14 Septembre 1802, Dessalines les imite.

Dans la nuit du 14 au 15 Octobre 1802, Pétion prit les armes contre les français au Haut-du-Cap avec la 10e. et la 13e. coloniales pour coopérer à la guerre de l'Indéperi . dance, et marcha sur trois faibles postes occupés par lOO hommes de troupes blanches. Ces hommes cernés par 1800 indigènes mirent bas les armes. Les indigènes s'emparèrent d'un obusier établi au pont Welche et de 2 pièces de 4. Si Pétion avait eu plus de confiance en ses soldats, il eût sur- pris le Cap, eût enlevé Leclerc, de l'aveu des généraux fran- çais eux- mêmes Les insurgés se formèrent en carré, placè- rent au centre leurs bagagis et toute la population du Haut

HAUT HAUT 11

du Cap, e*: s'acheaiinèrent sur !e Morne Rouge. A la nou- velle de cette prise d'armes 4 à 500 indigènes arrêtés au Gap par ordre de Leclerc sont poignardés, fusillés et jetés à la mer. Le 28 Octobre au matin, les indigènes attaquèrent les français, les culbutèrent et se maintinrent au Haut du Cap. malgré le feu le plus vif des forts. D'Henry grièvement blessé rentra au Cap en désordre à la tête de sa cavalerie. Le néral Leclerc, sur son lit de mort, envoya l'ordre au général Clausel de se tenir sur une défensive resserrée, en n'occu- pant que l'enceinte de la ville. Lors de la prise du Cap-Hai- tien par Dessalines, les troupes indigènes étonnèrent leurs ennemis par l'intrépidité qu'elles y montrèrent, et qui em- mena la capitulation de Rochambeau.

En 1865, au début de l'insurrection de Salnave, Guerrier Prophète défendit la position du Pont du Haut-du-Cap avec 3 pièces de canon contre les troupes du Gouvernement, qui eurent beaucoup de peine à le déloger. Les troupes du Gou- vernement occupèrent dès lors le Haut du- Cap, et cernèrent le Cap. Elles eurent à leur tête, d'abord, le général Lubérisse Barthélémy qui y fut blessé, et mourut peu après des suites de sa blessure à St. Marc il s'était retiré, et ensuite le général Nissage Saget qui fut plus tard Président d'Haiti. Barthélémy pénétra au Haut du Cap le 2 juin 1865. Les re- belles lui offrirent la présidence d'Haiti. I! refusa. Il s'était arrêté le 3 sur l'habitation Pous, il établit son quartier général. Dan< cette position, à droite de la grande route, les troupes se trouvaient protégées par un coude du chemin, contre les feux de la batterie retranchée que les rebelles avaient élevée en tête du pont du Haut-du Cap, mais qu'ils abandonnèrent pour se retrancher derrière les forts Ver- tières et Bélair.

Une photographie aujourd'hui perdue représentait une messe au Haut-du-Cap, officiée pour l'armée du Gouverne- ment par l'abbé Degerine, aumônier.

L'Etat possède dans cette section rurale des terres occu- pées par des fermiers sur les habitations : l'Hôpital des Pè- res 20 carreaux de terre, Bréda 20, et le reste à la vacance St.-Martin 60, St.-Michel [ forteresse], 1, Vertières, [ forte- resse [ 1, Jeantot 2, Bélair 2, Annette, [ forteresse ] 4, et un emplacement pour la chaoelle de la section. Il y a aussi les habitations Pous, Caprice, Picard.

Toussaint Louverture naquit sur l'habitation Bréda.

Sylvain Salnave qui a été président d'Haiti de 1867 à 1869, naquit au Haut du Cap.

Le Haut du Cap a vu naître le général Moïse, neveu adop- tif de Toussaint-Louverture.

12 HAUT HAUT

La garde d'honneur de Rochambeau occupait en 1803 le fort Vertières' ; le général Capoix s'est couvert de gloire à l'attaque de cette position contre les français.

HAUSTIN. - Habitation située dans la sect on rurale des Vases, commune de l'Arcahaie, arrosée par la branche gau- che de la digue de la rivière des Matheux.

HAUT DU TROU ( le ).— Quatrième section rurale de la commune de Dondon, arrondissement de la Grande-Riviè redu Nord. Ecole rurale. Sol fertile. Productions nombreu- ses et variées. Elle est une subdivision de la section rurale de Laquille, consacrée en 1875.

L'Etat y-possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Blanc Camp, 11 carreaux de terre, Péréeou Lory 5, Punély 10. Elle n'est pas riche en terres domaniales Dans la séance du 24 Août 1891, le Député Milieu Jn. -Fran- çois lut à la Chambre un projet pour l'érection de cette section rurale en quartier pour la bonne distribution de la justice.

HAUTE GRANDE- RWIERE (la).- Dixième section ru- rale de la commune de Jérémie, arrondissement de la Grand' Anse. Ecole rurale. Chapelle. Produit beaucoup de cacao.

L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Marfranc 39 carreaux de terre, et for - teresse, Bourdin 30. Il y a aussi les habitations : Gros Morne, Vendredi, Fauster.

HAUTEURS { les ). Ancienne dénomination d'une sect. rurale des Cayes. En 1840 il y avait 141 habitations culti- vées en café, vivres et grains, 81 en dépérissement. Total 222.

HAUTEURS DU PARC (les). - Ancienne dénomination d'une section ru raie des Cayes. En 1840, il y avait 123 ':a- bitations cultivées en café, vivres et grains, 11 en dépérisse- ment. Total 134.

HAUTEURS DE CORAIL (les).- Treizième section rurale de la commune de Corail, arrondissem^^nt de la Grand'Anse. Ecole rurale. L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Marion 5 carreaux de terre, Catherine 5, Page 1, et Gros Bassin situées à la banlieue de Corail. Siffra, le chef des piquets de Nippes y fut arrêté en Mai 1870, exécuté à Jérémie le 12.

HAUT FOND BLEU (le). - Cinquiène section rurale de la commune de Corail, ai'rondissement de la Grand'Anse,

L'Etat y possède des terres sur l'habitation Rossignol. Ecole rurale, il y a aussi l'habitation Perrier. - En 1811 un bataillon de la 17e commandé par Lafredinière s'y mutina

HAUT HENNE 13

contre Rigaud. Il se rendit aux Cayes et attenta aux jours du chef de la scission le 28 juin.

HAUT GRELANDIERE (le).- Quatrième section rurale de la commune de Saint -Louis du Sud, arrondissement d'Aquin. Ecole rurale.

L'Etat y possède des terres Occupées par des fermiers sur le^î habitations : Nicolas, Fabre, et Azor Mazembi 10 car- reaux de- terre.

HAUT MARTINEAU (le). ~ Huitième section rurale de la commune de Plaisance, arrondissement de Limhé. Elle est une subdivision de la section rurale de Champagne, admise en 1875.

L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers sur les habitations : Dupérier, 2 carreaux de terre, et Picardie 3. Ecole rurale. Cette section rurale est devenue la 6e de Pilate.

HAUTE GUINAUDÉE (la). - Septième section rurale de la commune de Jérémie, arrondissement de la Grand'Anse. Ecole rurale.

L'Etat y possède de terres occupées par des fermiers sur les habitations : Girard 4caf'reaux de terre, Bertrand, Lopi- neau 2, Pauvert Mapou 5 carreaux, Bouille, Guinaudée.

Elle est arrosée par la rivière de la Guinaudée.

HAUTE GUINAUDEE. - Habitation située dans la corn mune de Jérémie. On y accède par une rampe taillée dans le roc vif, qui a coûter bien des sueurs et des exercices de patience. D'un côté, le précipice vertigineux; de l'autre, la masse granitique qui surplombe, rempart inexpugna- ble où croissent chétives quelques lianes sur une légère cou- che d'humus.

Cptte habitation appartient à Mr. Fleury Sanon.

HAUTe; ET BASSE RIVIERE A CHARLES.- Deux ha- bitations situées dans la commune de Jérémie. Deux belles chapelles.

HAUTE VOLDROGUE (la).-^ Cinquième section rurale de la commune de Jérémie,arrondissement de la Grand'Anse. Elle est une subdivision de la section rurale de la Basse Vol- drogue, admise en 1875. Ecole rurale.

HAUTY. Habitation inoccupée, située dans la section ru- rale de Mahotière, commune de Port-de-Paix.

L'Etat y possède des terres. Contenance indéterminée.

HAVAVA.— Ancienne section rurale de la commune de Moca. En 1840 on y comptait plus de 80 habitations; elle offrait une riche culture de denrées.

HENNE.— Voyez : Baie de Henné.

14 HEN HER

HENRIQULLLE. - Autre nom de l'Etang Salé. (Voyez ce Mot).

HENRÏQUILLE.— Commune nouvellement érigée du dis- trict de Barahona, République Dominicaine. En 1883 un ou- ragan y fit de grands dommages.

HENRY.— Habitation siti^ée dans la 4ème. section rurale du Haut de St. Marc, corrmune de St. Marc.

HENRY. Habitation située dans la section rurale de Grand Cahos, commune de la Petite Rivière de l'Artibonite.

L'Etat y possède 3 carreaux de terre occupés par Jes fer miers.

HENRY. Habitation située dans la section rurale de la Plaine d'Orange, commune de Bombardopolis.

L'Etat y possède 1 carreau déterre occupé par un fer mier.

HENRY STOCK.— Habitation située dans la section rurale de la Marre à Savon; commune de Bombardopolis.

L'Etat y possède 2 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HENRY. Rivière de la commune du Cap-Haitien, à la- quelle aboutit la limite S. 0. de cette commune en partant du deuxième carrefour de l'Habitation Boudin. En ce point le Cap-Haitien confine avec le Quartier Morin. La ligne de séparation (rive gauche) se dirige toujours au Sud'Ouest jus- qu'au carrefour de Perdu Midi.— 4e. section rurale du Cap- Haitien.

Les 3e. et 4e. sections rurales de la Petite Anse et de la rivière Henry commencent au pont de la rivière du Haut. du Cap, rive droite, et finissent à la rivière Henry,

HERBES DE GULNEE.- Poste avancé de la ligne fron tièrede l'arrondissement de Jacmel, commune de Grand ■Gosier, située entre les deux Républiques h :itienne et do- minicaine.

HERBE DE GUINEE.- Habitation située dans la section rurale de Savane à grande commune de Maissade, arrondi-^- sement de Hinche, de 72 carreaux de terre, appartenant à Elise Jn- Marie Doucét.

HERICOURT (d'). Grande Place.- Habitadon'située dans la section rurale du Bas de l'Anse, commune de Lifnona le

L'Etat y possède 30 ca»^reaux de terre occupés par des fermiers; et 50 carreaux inoccupés.

En 1790 Toussaint Louverture accompagnant Rigaud dans sa voiture auprès de l'agent du Directoire Hédouville au Cap s'arrêta sur cette habitation. Louverture réunit les ha-

HERI HERL 15

bitants et leur présenta Riçaud comiiie un des plus ardents défenseurs de la liberté des noirs, conane son successeur na- turel.

HERICOURT (d') Retite Place,- Habitation située dans la section rurale du Bas de l'Anse, commune de Limonade.

L'Etat y possède 44 carreaux de ^erre occupés par des fer- miers, et 50 innocupés.

En Octobre 1798, Toussaint Louverture y rencontra Moïse couvert de poussière, en chaoeau de paille, et presque nu, après sa fuite du Fort Liberté, d'oià il avait été chassé par Manigat, à l'instigation d'Hédouville.

En octobre 180L après avoir reprimé l'insurrection de iMoïse au Limbe et au Port Margot, Toussaint se transporta sur l'habitation d'Héricourt Christophe vint lui rendre compte de ses opérations. Le général Moïse, comptant sur la générosité de son oncle, se présenta à d'Héricourt. Sa con fiance le perdit. Toussaint lui ordonna de garder les arrêts sur l'habitation. Il fut plus tard conduit à Port-de Paix il fut jeté dans le cachot du Grand Fort.

Toussaint partit d'Héricourt pour le Cap. Quand il parvint sur les hauteurs de cette ville, il fît e ^terminer une centaine de cultivateurs qui avaient pris part à la révolte.

HERICOURT (d') Petite Place. -^ Habitation située dans la section rurale du Morne Rouge commune de la Plaine du Nord.

L'Etat y possède 50 carreaux de terre occupés par des fermiers.

En Septembre 1802, lors de l'insurrection des bandes d'in- dépendants dans le Nord, le général Leclerc y établit son quartier général. Pauline Bonaparte, sa femm.e y fit don à Pétion, ainsi qu'à la plupart des officiers de la 18e. coloniale qu'il commandait de toutes sortes d'objets indispensables à des hommes en campagne.

Le 14 Octobre 1802, Pétion, après avoir pris les armes au Haut-du Cap contre Jes français, se rendit au Morne Rou- ge, et delà gagna l'habitation d'Héricourt, dans l'intention de se diriger vers l'Ouest s'il ne pouvait s'entendre avec les chefs des bandes insurgées du Nord. Tout à coup Petit Noël Prière, l'un des chefs de ces insurgés, sortant des mornes de la Soufrière, envahit l'habitation d'Héricourt avec toutes ses bandes, et menaça Pétion de lui livrer combat. Pétion par- vint à le gagner à sa cause.

HERICOURi' (d').-- Voyez Dericourt.

HERLiN. - Habitation située dans la commune des Côtes de fer.

16 HER HID

HERMANOS.— Voyez : Nueves Hermanos.

HERMITAGE (!')•— Troisième section rurale de la com- mune d'Aquin. Ecole rurale.

L'Etat y possède des terres occupées par des fermiers et non occupées sur l'habitation : la Poterie.

HERMITaGE (T).— Haoitation caféière située dans la sec- tion rurale de la Brésilienne, commune de Bainet.

L'Etat y possède 38 carreaux de terre occupées par des fermiers.

HERMITE (1').— Septième et dernière section rurale de la commune de St-. Michel du Nord, arrondissement de la Marmelade. Ecole rurale.

Elle est une subdivision de la section rurale de Lacrida, admise en ]875.

HERMITE (1').— Petite rivière située dans l'arrondisse- ment de Mirebalai?. Une des limites de cet arrondissement se dirige de la source de la rivière Toraonde au confluent des rivières l'Hermite et Guayamuco.

HERMITE (T). - Ancienne section rurale de la commune de Moca. En 1840 on y comptait plus de 40 habitations bien cultivées en tabac, café, canne à sucre et vivres de toutes sortes.

HERMITE (!'). -Section de la coainane deSt.-Michel de l'Atalaye. Le 15 Mai 1919, le détachement de gendarmerie d'Haiti dont faisait partie le gendarme sergent Elie Cantave, fut attaqué par des bandits en nombre supérieur. Cantave fut blessé et fut décoré de la médaille militaire le 23 Juin 1919 par le Président Dartiguenave.

HERVÉ. - Habitation située dans la section rurale de la Grande-Montagne-Roue-Cabrouet No. 1er., commune de Verrettes.

L'Etat y posssède 8 carreaux de terre occupés par des fer- miers.

HESSE. Habitation inoccupée, située dans la section rurale de Caracol, commune du Trou, appartenant à l'Etat.

Contenance indéterminée.

HESSE. - Habitation et quartier dépendant de Grand- Goâve.

HIBBERT. - Fort situé à Miragoâne, qu'il domine. A été occupé par les troupes du Gouvernement lors de l'insurrec- tion de Boyer Bazelais en 1883.

HIDALGOS (los).- Montagne dépendant de la chaîne de Monte-Christ, haute de 425 mètres.

H^G HIG 17

HIGUA (la).— Montagne dépendant de lachaine du Cibaa. Hauteur 1219 mètres.

HIGUERO (el).— Petite rivière qui se jette à gauche dans l'Isabelle, province de Santo- Domingo.

HIGUERA (la).— Montagne de la République Dominicaine dépendant de l'Hilera Central. Hauteur 1200 mètres.

HIGUÈRA- la).- Rivière' tributaire de la ' Maguana ( St.- Jean).

HIGUEKOS (los).— Poste avancé haïtien de la ligne fron- tière de l'arrondissement de la Marme'lade.

Il n'est pas rare de trouver sur la frontière des postes et des habitations portant des, noms espagnols C'est que dans ces parages tout le monde, haitiens et dominicains parlent espagnol et créole.

M IQUERITO. Hameau près d'Azua se trouvent des sources de pétrole.

HIQUEROCOPADO.- Habitation située entre Sto.-Do- mingo et Seybo.

HIGUEY (el). Rivière tributaire à gauche du Nisao.

HIGUEY,.ou SALVALEON DE HIGUEY.— Commune de la province de Seibo, République Dominicaine. 8.000. habi- tants. Le Village est situé as5,ez près de la rivière de la Yûna quia son embouchure dans la baie de Higuey. C'est près de cette emboubhure qile'se trouve l'embarcadère pour les derrées de cette commune. La distance de Port-au-Prince est de 150 lieues.

Higuey renfjerme une magnifique église bâtie en pierres dédiée à Notre-Damede-Altagracia à. laquelle, d'après Mr. Beaubrun Ardouin, la superstition attribue des miracles étonnants. Elle est représeniée, dit-il, dans un petit tableau peint à l'huile dans un cadre en or massif Sa longueur est de un pied sur dix pouces de largeur. Des pierres précieu- ses garnissent les quatre faces. La couronne qui orne la tête de la Vierge est aussi en or et garnie des pierres les plus fines et de toutes les espèces.

La superstition veut que ce tableau ouvrage de l'homme, fut découvert sous un oranger, et qu'ayant été transporté à. Santo-uomingo, il s'en retout na une nuit à Higuey sous le même oranger, ce qui obligea d'en faire une copie que l'on voit dans une chapelle de la Cathédrale de Santo- Domingo. E'ie attribue à cette vierge la guérison d'une infinité de maux résultant de maladies chroniques qui, quelquefois ont été réellement guéries par une forte transpiration obtenue à l'aide d'un exercice considérable que font la plupart des pèlerins qui, partant de tous les points de l'île, font à pied

18 ^

cette routé'de plus de cent lieues. La vierge ne secon'ente pas de guérir les maux de l'huiianité soufft'itite ; eile ac- corde de plus des grâces à qui sait l'implorer avec ferveur et remplir le vœu qu'une déplorable crédulité porte à faire dans des circonstances de bonheur, ou pour obtenir la fixité d'un tendre sentiment que l'on craint de voir se diriger sur un autre objet. Aussi, chaque année, le 25 janvier, un nom- bre considérable de pèlerins se rendent à Higuey. Il y a plus de pèlerines que de pèlerins parmi ses visiteurs. Mesurant la bonté de la divinité sur les faiblesses de l'humanité, ils n'y vont jamais sans apporter de riches offrandes qui sont re- mises au prêtre desservant de l'église, dépositaire désinté-